Projet pastoral de la paroisse Trinité - Sainte Madeleine

L’objectif premier de la paroisse est de donner aux baptisés qui la composent les moyens d’assurer leur triple responsabilité de prêtres, de prophètes et de rois. Ces trois axes rejoignent les objectifs de la Lettre aux catholiques de France (1996) : 1. célébrer le salut ; 2. servir la vie des hommes ; 3. annoncer l’Évangile et, plus récemment l’exhortation apostolique du Pape François : La joie de l’Évangile (2013)

  • Fonction sacerdotale des baptisés : l’ensemble des membres de la communauté participe à l’unique sacerdoce du Christ par la participation à l’Eucharistie, la prière, le témoignage de leur vie et leur charité effective.  Dans le projet pastoral, une place centrale est donc accordée à la liturgie. C’est là que la communauté se rassemble, c’est là qu’elle trouve la source de sa vie et de ses actes. La vie de la communauté chrétienne s’y trouve structurée par les ministères ordonnés et par les sacrements. Le temps accordé à la préparation des messes dominicales, la formation des équipes liturgiques, la formation à la lecture des textes de l’Écriture manifestent concrètement cette priorité accordée à la liturgie. La Semaine sainte, en particulier, est, et devrait être encore davantage pour notre communauté, le temps fort de l’année liturgique.
    La célébration des sacrements, en particulier baptême, mariage et confirmation, fait partie de cette priorité accordée à la liturgie.
    Cette place centrale se comprend en articulation avec les deux autres fonctions : « L’Église est détentrice d’un message qu’elle a mission d’annoncer. Elle a aussi pour mission de servir la vie des hommes. Il n’en reste pas moins que cette transmission du message et ce service de l’humanité culminent dans la célébration liturgique, au cours de laquelle la communauté reçoit la Parole de son Seigneur et prie pour le salut du monde. »
     
  • Fonction prophétique des baptisés : Annoncer l’Évangile en Vendômois, c’est proposer la rencontre de Jésus Christ, de ses actes et de ses paroles au cœur de la société actuelle avec ses grandeurs et ses misères. Cela suppose :
    a) que les membres de la communauté paroissiale aient à cœur de témoigner de ce qui les fait vivre : la foi en la personne de Jésus Christ, mort et ressuscité. La centralité du kérygme demande certaines caractéristiques de l’annonce qui aujourd’hui sont nécessaires en tout lieu : qu’elle exprime l’amour salvifique de Dieu préalable à l’obligation morale et religieuse, qu’elle n’impose pas la vérité et qu’elle fasse appel à la liberté, qu’elle possède certaines notes de joie, d’encouragement, de vitalité, et une harmonieuse synthèse qui ne réduise pas la prédication à quelques doctrines parfois plus philosophiques qu’évangéliques.  
    Proposer la foi chrétienne, ce n’est pas d’abord enseigner un corps de doctrine mais c’est témoigner par toute sa vie de la Bonne Nouvelle qu’est Jésus Christ lui-même. Le chrétien souhaite susciter une question à laquelle il puisse répondre comme Jésus à ses disciples : « Venez, et vous verrez » (Jn 1,30). La proposition de la foi n’est pas d’abord affaire de pédagogie ou d’apprentissage mais d’initiation.
    b) que les membres de la communauté paroissiale aient une formation biblique, doctrinale et théologique. Il est en effet souhaitable que les chrétiens qui ont une culture humaine et scientifique de plus en plus poussée n’en restent pas, quand il s’agit de rendre compte de leur foi, au niveau du catéchisme de leur enfance ou de l’image déformée qu’en donnent trop souvent les médias. Notre communauté, sous l’impulsion du Conseil pastoral, a le devoir de prendre des initiatives pour assurer une formation qui mette en relief les éléments essentiels de la foi reçue des apôtres et de l’existence façonnée par cette foi. Répondre avec un regard de foi aux questions actuelles suppose un esprit de créativité et d’audace.
    c) que la communauté catholique de Vendôme entende les interpellations des non chrétiens qui l’obligent à aller elle-même à la source de la foi, à en comprendre la nouveauté et en témoigner avec assurance (cela rejoint le § a ci-dessus).
    d) que la catéchèse et les aumôneries soient davantage l’affaire de tous et non de quelques catéchètes.
    e) que les divers services, quelles que soient leurs spécificités, restent soucieux de cette fonction prophétique de tout baptisé et que les membres des mouvements restent en dialogue avec leurs paroisses.
     
  • Fonction royale des baptisés : Assurer, par le service évangélique, la présence de Jésus-Christ dans le monde est la manière d’accomplir le commandement de Jésus Christ « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta personne, de toute ta force et ton prochain comme toi-même » (Lc 10,27). Cette fonction royale des baptisés s’exerce par l’engagement dans les lieux où se décide l’orientation de la vie sociale, économique, politique et culturelle.
    Dans la paroisse, la préférence évangélique pour les pauvres et les exclus, rappelée par Diaconia et par le Conseil pastoral diocésain du 28 mars 2014, s’exprime
    a) par le soutien actif aux organismes de solidarité (Secours catholique, Conférence St Vincent de Paul, C.C.F.D., actions pour Berbérati et Portoviejo, A.C.A.T, …).
    b) par la pastorale de la santé et des migrants.
    c) par la pastorale des défunts qui concerne la communauté aussi bien pour l’accueil des familles en deuil que pour la célébration des obsèques.

[1] Lettre aux catholiques de France page 91
[2] Pape François, La joie de l’Évangile § 165

ORGANISATION DE LA PAROISSE

C’est le Conseil pastoral présidé par le curé assisté de l’Équipe d’Animation Pastorale (EAP) qui porte le souci de la réalisation concrète du projet pastoral. La variété des situations, des états de vie, des sensibilités tant humaines qu’ecclésiales des membres de ce Conseil doit faire de celui-ci, autour de l’équipe presbytérale, une « icône du peuple de Dieu ». Pour une réelle efficacité, le Conseil ne dépasse pas 15 personnes, sachant qu’une même personne peut exprimer des sensibilités diverses. On trouvera en annexe sa composition actuelle.

 

PARTAGE DES RESPONSABILITÉS

Le curé, avec l’aide de son Conseil pastoral détermine les orientations pastorales fondamentales de la paroisse en lien avec le Point d’appui, le Doyenné et le Diocèse.

Avec les prêtres ,le diacre et l'EAP, il suscite, provoque et soutient les prises de responsabilité des membres de la communauté. Cela suppose de vraiment faire confiance et de laisser une réelle autonomie à chacun tout en se donnant les moyens de vérifier que les objectifs ont été tenus.

Par exemple, les responsables de la catéchèse reçoivent leur mission du curé mais ils assurent non seulement l’organisation du catéchisme mais également la formation des catéchistes et la programmation. Le curé est présent au maximum dans les activités catéchétiques mais dans le respect des personnes à qui il a confié la responsabilité du service.

Un grand principe pour le curé et ses collaborateurs prêtres: le principe de subsidiarité qui consiste à ne jamais doubler les responsabilités assurées par des laïcs. Ils veilleront à ne pas confiner les laïcs dans les tâches matérielles subalternes et ne pas surcharger un membre de la communauté au détriment de sa vie familiale et de son équilibre personnel.

Les services et les mouvements qui œuvrent dans la paroisse sont nombreux. Il est souhaitable que chacun d’eux vérifie régulièrement ses actions en fonction du projet pastoral de la paroisse. Le Conseil pastoral doit les aider à faire cette vérification ou/et à se situer dans l’une des trois fonctions sacerdotale, prophétique et royale. Il pourra également suggérer l’arrêt d’un service lorsque celui-ci survit péniblement et n’a plus de dynamisme.

ANNEXE :

Composition du Conseil pastoral

  • le Curé
  • l’aumônier des scolaires
  • le prêtre coopérateur
  • les membres de l'EAP
  • une religieuse
  • une personne du Conseil économique
  • une personne de la catéchèse
  • une personne de l’aumônerie des scolaires.
  • une personne des équipes liturgiques
  • une personne de la pastorale des jeunes (18-30 ans)
  • une personne de la solidarité (Caritas et autres…)
  • une personne de l’aumônerie des hôpitaux.
  • une personne de la solidarité internationale